Comment bien gérer une « pause blessure »?

749

Blessure en course à pied : gérer la phase sans courseCela fait plusieurs semaines que vous ne lisez plus mes comptes rendus de course ou l’avancée de ma préparation marathon. Et pour cause : une vilaine fracture de fatigue m’oblige à laisser mes baskets au placard pendant 2 mois.

Nous sommes nombreux à nous blesser lors de nos entraînements ou lors d’une course et j’ai voulu partager avec vous ma façon de vivre cette période pas facile, en espérant que cela pourra vous aider…

Être à l’écoute de son corps…

Blessure en course à pied : gérer la phase sans courseInscrite au marathon Nice – Cannes depuis de nombreux mois, ce marathon était MON challenge de l’année. J’ai couru plusieurs 10 km, plusieurs semi et même participé à mon 1er triathlon en mai dernier mais ce marathon, je l’avais en tête depuis mon dernier à Paris en avril 2017…

Les mois ont passé et j’ai commencé ma préparation à fond début août, je n’ai raté aucune des 4 séances par semaine que m’imposait mon plan et à la fin de la 4eme semaine, j’ai même plusieurs fois allongé les distances préconisées. Emportée par l’euphorie, les progrès et l’envie de sortir de ma zone de confort, je n’ai pas écouté les 1ères douleurs qui sont apparues sous le pied, jusqu’à ce que j’ai mal dès que je posais le pied par terre… Comme tout le monde, j’ai foncé sur Internet pour faire mon auto diagnostic et j’avais tous les symptômes de la fracture de fatigue… J’ai arrêté de courir et pris rendez-vous chez un médecin du sport, IRM et diagnostic confirmé. Résultat : plus de course à pied pendant 2 mois :'( Et donc plus de marathon.

Digérer le diagnostic
L’annonce a été difficile à entendre mais je m’y attendais (grâce à mes fameuses recherches Internet…). Faire une croix sur mon rêve de l’année alors que j’avais si bien commencé ma prépa et étais si sérieuse, je trouvais ça tellement injuste…

C’est ma 2ème blessure en 3 ans de course et j’avais très mal vécue ma 1ère tendinite (blessure qui n’avait pourtant duré que 3 semaines…). Je ne voulais absolument pas retrouver ce sentiment de frustration, d’énervement, de se sentir inutile, coupable…

Sortir grandie de cette expérience

J’ai donc décidé de rester positive car OUI, il y a bien des enseignements à ressortir de cette épreuve! La motivation est plus forte que jamais de réussir mes prochains défis, tout en écoutant mon corps à la moindre alerte.

J’ai aujourd’hui une revanche à prendre et toute cette colère que j’aurais pu avoir, je la transforme simplement en force et je ferai forcément mieux la prochaine fois en ne reproduisant pas les mêmes erreurs. On apprend chaque jour en courant, on apprend aussi en se blessant!

Découvrir de nouveaux sports

Blessure en course à pied : gérer la phase sans courseAvec cette fameuse motivation décuplée, impossible de rester assise sur mon canapé! Je me suis mise à la natation de manière plus intensive. J’ai remplacé mes 3 séances de running par des séances de swimming! Ce sport a un double avantage : il est plus doux et très souvent compatible avec une blessure et surtout il est très complémentaire de la course. Ces séances me permettent de travailler la respiration et de me muscler le haut du corps. Résultat, je n’aurai pas tout perdu quand je vais rechausser mes baskets. Je travaille des distances longues et je me vois progresser. C’est très gratifiant de voir que tes efforts paient. La semaine prochaine, je teste le yoga. J’ai toujours refusé d’en faire en pensant que c’était trop calme pour moi mais je vois tellement d’éloges sur ce sport que c’est le moment où jamais de tester. Se blesser, c’est l’occasion de faire de nouvelles découvertes sportives !

Un avenir plein de défis

Blessure en course à pied : gérer la phase sans courseIl me reste encore 3 semaines avant de reprendre doucement la course. Je sais que la reprise va être longue, qu’il faut que j’y aille progressivement.

Je vais probablement alterner natation et course.

Pour l’année prochaine, je veux absolument faire un marathon mais je vais me laisser le temps de bien me remettre et puis grâce à toutes mes séances de natation, je me sens capable de tenter un triathlon distance olympique et pour 2020, pourquoi pas un ironman 70.3…

Cette période de repos forcée fait naître de nouveaux projets !

Bon courage si vous êtes blessé et keep smiling… On a toute la vie pour courir !

Aurélie pour Jogging-Plus

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here