Courir sur piste ou sur route ?

13120

Courir sur piste ou sur route ?Vaut-il mieux courir sur piste ou sur route ? Vous êtes nombreux à nous poser cette question au fil des plans d’entraînement semi marathon ou des plans marathon que vous suivez.

Alors faut-il privilégier le stade plutôt que la route ou les espaces naturels pour s’entraîner ou réciproquement  ? Ou est ce que les deux endroits se valent ? Tout dépend de l’objectif recherché.

Chacun de ces deux sites d’entraînement possède ses inconvénients et avantages, voici nos conseils pour vous aider à choisir.

Les principaux atouts de la piste
  • La distance d’un tour de piste est connue (400m).  Une séance sur piste permet donc de travailler le chrono et d’établir des références personnelles sur une distance fixe, afin de mieux se connaitre et de préparer de façon optimum un objectif
  • Une vraie piste dispose d’un revêtement d’un dynamique et d’un amorti de qualité, ce qui permet de travailler la position de course (position d’autant plus améliorée si on utilise des pointes pour courir)
  • La partie intendance (veste de pluie, coupe vent, ravitaillement) est facilement gérable et garantit une optimisation de la préparation (éviter la déshydration, les coups de froid ou la fringale)
Les principaux inconvénients de la piste
  • Les pointes, recommandées pour optimiser le rendu de la piste, sont des chaussures sans amorti. Cela peut donc provoquer des périostites ou tendinites à la longue
  • Sans l’intérêt du chrono, courir sur une piste donne vite l’impression de tourner en rond et donc le risque de lassitude voire d’écourement existe. En effet, difficile de trouver la motivation pour faire des tours de 400m pendant une heure !
En conclusion

L’idéal est donc de varier les plaisirs et de joindre l’utile à l’agréable.

  • Privilégier la piste pour fractionner et travailler les éducatifs : vous pouvez par exemple faire des séances variées de 2h comprenant à la fois l’échauffement, les étirements, les éducatifs, le fractionné et la récupération
  • Privilégier la route ou les espaces naturels pour les séances d’endurance : varier les parcours (parcs, forêts, routes, chemins, montées, etc.) limitera le risque de lassitude et l’envie de découvrir de nouvelles contrées ou d’aller plus loin que la fois précédente vous motivera !