Carto Jogging-Plus: Trouvez votre prochaine course

ChaussuresProduits testés

[Test] Hoka One One Challenger ATR chaussure de trail : un achat très bien amorti

Test des Hoka One One Challenger ATRDepuis sa création il y a 5 ans maintenant, la marque française Hoka One One ne cesse de susciter l’intérêt par l’originalité et l’innovation de ses modèles. J’ai eu la chance de tester pour Jogging-Plus un des modèles de la gamme « trail » de Hoka: La Hoka One One challenger ATR.

Découverte : design et couleurs harmonieux

Je connais depuis un petit moment la marque Hoka et je l’avoue je suis toujours resté bloqué, sans doute à tort, sur le design particulier de leurs modèles. Ce design « Oversize » (épaisseur hallucinante des semelles), fer de lance de la marque,  ne m’a jamais attiré.

Malgré cela et contre toute attente, à l’ouverture de la boîte je découvre une paire de chaussure design et moins grossière que je l’imaginais. En noir (il existe d’autres coloris) les Hoka Challenger sont vraiment très belles.  Le mesh sans coutures est soigné et très fin et le rappel du nom de la marque et du modèle sur le côté de la chaussure est bien intégré. Très bien pensé également : les liserés vert en surbrillance sur le mesh avant se marient bien avec les crampons vert de l’avant de la semelle, de même que plusisurs touches de bleu à l’arrière et à l’intérieur de la chaussure s’accordent avec les crampons bleus de l’arrière de la semelle. On sent que Hoka a vraiment travaillé le design.

Caractéristiques techniques

L’extérieur de la chaussure est renforcé au niveau du talon mais j’ai regretté, pour une chaussure de trail, l’absence de renfort sur le devant. Hoka a pris soin d’élargir la semelle pour palier à la hauteur de la chaussure et très certainement pour gagner en stabilité. Le laçage est assez haut pour plus de maintien et c’est une bonne chose. Petit point négatif : la languette extrêmement fine. Surprenant que la marque n’ait pas pensé à une languette renforcée pour plus de confort au niveau du coup de pied.

Avec 262g, la Challenger ATR fait partie des chaussures légères. Son faible drop de 5 mm la destine à une foulée plutôt medio ou avant-pied, idéale pour les amateurs de foulée naturelle dont je ne fais pas partie mais qu’importe : pour mon attaque légèrement talon, l’amorti est quand même grâce au rendez-vous grâce au format Oversize Hoka (comprenez une semelle plus épaisse de 2 à 2,5 fois).

Cet amorti est assuré par la technologie EVA (Ethyle Vinyle Acétate), matière réputée pour sa capacité à absorber les chocs et pour son excellente résilience (manière dont le matériel retrouve sa forme après avoir été comprimé).

En ce qui concerne la semelle, la marque française marque des points. En plus d’être pourvue de crampons de 4mm pour assurer une bonne  adhérence, elle est dotée de la technologie « Meta Rocker ». C’est elle qui lui donne ce profil incurvé sur 50% de sa longueur, assurant ainsi une transition plus douce de l’attaque talon jusqu’à la poussée.

Sur le papier, la Challenger est donc pleine de promesses alléchantes… Je me suis empressé d’aller la découvrir sur le terrain.

Hoka One One Challenger : le test

Mon premier test a été un test de découverte effectué sur 10km, en parc, sur chemin gravillonné. Dès le début, j’apprécie le confort de la chaussure et de ses 3cm de semelle. Un vrai chausson… elle est large et les doigts de pied ont de l’espace. Le maintien est très bon malgré la taille basse de la chaussure. L’amorti à faible allure est très agréable même si moins important que ce que j’imaginais au niveau du talon avec une telle épaisseur. Pour moi qui ai une foulée d’attaque légèrement talon c’est un peu décevant mais en même temps le drop minimaliste incite à une attaque médio voire avant du pied comme je l’expliquais précédemment. L’accroche quant à elle est très bonne. Pas de pied qui dérape à l’impulsion en ligne droite ou en virage. Plutôt satisfait de cette sortie de découverte.

Mon second test s’est montré plus exigeant : 15 km en forêt, avec changement de revêtement, d’allure et un léger dénivelé. Que cela soit en montée ou en descente la légèreté et la souplesse de la chaussure sont des atouts. Là où Hoka frappe très fort est de réussir à faire une chaussure énorme en apparence mais en fait poids plume. On court vraiment en ayant l’impression de ne rien avoir au pied. Que cela soit sur chemin, bitume, écorces, herbe… rien à dire. La chaussure adhère sans pour autant accrocher et opposer de la résistance. Sur mes accélérations là encore rien à dire. Le fort amorti global de la chaussure n’est en rien une entrave et là encore la légèreté est un vrai atout. Autre point fort surprenant pour une chaussure si amortie, le dynamisme. La technologie de semelle incurvée « meta rocker » favorise la bascule et assure un super déroulé de la foulée. De nouveau, je suis séduit par la Hoka One One Challenger.

C’est sur la Saintexpress, course de 44 km, que j’ai poussé mes Hoka encore plus loin. Le départ, donné sur un chemin caillouteux m’a conforté dans ma première impression. On peut marcher sur n’importe quoi l’épaisseur de la semelle fait qu’on ne sent rien. Les premières montées sont agréables. Beaucoup de changement d’appui, d’accélération… La chaussure se comporte extrêmement bien. Vers le KM 10, les choses se corsent. En descente, à vive allure et sur les cailloux, la taille basse des chaussures n’autorise aucune faute. Ma cheville est partie par deux fois et je me suis fait peur. D’autre part et c’est ce qui m’a le plus gêné sur la course, que cela soit en descente ou bien même sur le plat en terrain humide ou boueux, l’accroche de la Challenger est insuffisant et incite à ralentir. On ne peut pas vraiment lui faire confiance dans ce domaine. Le pied glisse et se dérobe facilement et là encore on se fait de grosses frayeurs. Cette édition s’est déroulée sous une météo clémente et fort heureusement car sous la neige cela aurait été mission impossible. Dommage donc…

Cependant sur la globalité rien à dire. La chaussure est vraiment confortable même sur longue distance. Elle se fait oublier, elle est légère, dynamique pour les relances sur le plat. Le pied respire vraiment très bien et est préservé de toutes agressions: échauffement, ampoules, etc… Un excellent compagnon dans la durée.

Bilan de ce test de la Hoka One One
LES PLUS LES MOINS
– sa légèreté
– son confort
– son amorti
– son dynamisme
– son accroche
– son drop minimaliste
– son adhérence sur terrain humide
– ses renforts en bout de pied nécessaires à la pratique du trail
– son amorti arrière qui compte tenu de l’épaisseur de semelle pourrait être meilleur

« Voler sur terre ». C’est ce que signifie Hoka en maori. Et si il y a bien une qualité que je retiens de la Challenger c’est sa légèreté et sa capacité à se faire oublier. Légère donc mais également confortable et ayant réussi avec succès le compromis de l’amorti et du dynamisme. On comprend aisément pourquoi depuis 5 ans maintenant la marque créée à Annecy inonde le marché et n’a plus rien à envier aux tenors du running. Conquis.

Bertrand pour Jogging-Plus

Photos de la paire de Hoka One One Challenger ATR testée
Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité