Marathon d’Amsterdam, pour quelques minutes de trop…

3484

Marathon Amsterdam 2010

Après avoir couru les marathons de Paris 2008 et 2009 en 3h29 et 3h12, l’idée était de chercher un marathon réputé rapide pour me rapprocher au plus près, voire de passer sous, la barre symbolique des 3h00 sur marathon.

Avec 3 potes avec qui nous avons fini le marathon de Paris, notre choix s’est porté sur Amsterdam. Parcours plat, forte affluence de coureurs et de spectateurs, facilitant la motivation pendant la course, facilement accessible, ville sympa, bref, ce marathon a vraiment tout pour plaire!

Un tour de piste, et c’est parti!

Départ et arrivée se déroulent au sein du stade olympique de 1928. Il fait beau, la température est idéale et l’ambiance excellente. C’est très sympa de partir d’une piste d’athlétisme, ça change!

Les coureurs, « rangés » par SAS d’objectif chronométrique, occupent les 3 quarts de l’anneau de la piste.

Derniers encouragements entre copains, nous n’en sommes qu’à notre 2ème ou 3ème marathon, et chacun espère battre son record perso. L’aboutissement de 2-3 mois de préparation intense. On espère que ça va payer!! Coup de pistolet du starter, c’est parti! Le peloton démarre et accélère progressivement et nous passons la ligne de départ avant de sortir du stade, à l’assaut de la capitale hollandaise.

Un parcours effectivement plat et très sympa

A la sortie du stade, nous commençons par une douzaine de km uniquement en ville, mais en longeant parfois quelques uns des nombreux canaux de la ville. Plusieurs groupes de musique jalonnent le parcours, et de nombreux spectateurs nous encouragent. A deux reprises, le parcours fait demi-tour et permet aux coureurs de croiser un autre bout de peloton. Je cherche à distinguer mes potes dans la foule des coureurs, mais sans succès, trop de monde!

Vers le KM 13, nous quittons le centre ville pour longer l’Amstel, fleuve qui a donné son nom à la ville. Ici l’ambiance est folle: aux encouragements du public massé au bord de la route, s’ajoutent ceux des supporters naviguant sur le fleuve, à bord de petits bateaux.

On est un peu à la campagne, il y a un même un moulin typique des Pays-Bas au niveau du ravitaillement KM 15.

Après environ 6 km sur la rive ouest de l’Amstel, nous faisons demi-tour pour longer le fleuve dans l’autre sens et regagner la ville.Pour l’instant la course se passe bien, je suis parti sur les bases de 3h00 (14 km/h), je suis entouré de plusieurs coureurs courant au même rythme, mais le gros du peloton est derrière, de l’autre côté du fleuve, très sympa comme spectacle!

Pour quelques minutes de trop…

La fin du parcours ne m’a pas particulièrement marquée, il faut dire que la fatigue a progressivement commencé à se faire sentir. Des coups d’oeil réguliers à la montre pour m’assurer que je suis toujours dans le tempo des 3h00, ce qui reste le cas jusqu’au KM 35 où je perçois un inexorable ralentissement de ma foulée contre lequel je n’arrive pas à lutter!!! Arrrggghh, j’enrage! Je sens que les 3h00 m’échappent! J’essaie de mettre toutes mes forces dans la bataille mais je vois bien que cela ne va pas suffir… Le stade n’est plus très loin quand 3h00 s’affiche sur ma montre, mais je ne suis pas encore dedans, je terminerai en 3h03…. énervé d’avoir raté les 2h59’59 pour 3 minutes et 3 secondes.

Il faudra que je retente ma chance, ici car la course m’a bien plu, ou à Berlin, également réputé très rapide.

Vous aussi partagez votre expérience!
Ajoutez un commentaire ou un compte-rendu de cette épreuve pour en faire profiter aux autres coureurs!
Tout savoir sur cette course
Lire la fiche Marathon d'Amsterdam et ajoutez la à vos épreuves favorites!

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here