[Récit] Marathon de New York : Il faut le vivre !

779

Quelques chiffres : 50 000 coureurs venus de 120 pays différents, sous les applaudissements de 2,5 millions de spectateurs (10 fois plus que le marathon de Paris), le long d’un parcours de 42,2 kilomètres.

Le marathon New York traverse les cinq arrondissements sur lesquels la ville s’étend : Staten Island, Brooklyn, le Queens, Manhattan et le Bronx. Il n’est pas réputé rapide à cause des franchissements de ponts et des 5 derniers kilomètres vallonnés dans Central Park.

Une ambiance phénoménale !!

Comme toutes les belles histoires, tout a débuté mercredi matin 1er Novembre à Orly 07h30.

Je retrouve l’organisation AFCF et le groupe composé de 15 personnes (11 coureurs et 4 accompagnants).

10h45 : Décollage sur Open Skies (filiale de British Airways), c’est parti pour 8h de vol et de jour, dans ce sens c’est 5h de moins à l’arrivée (heure d’été), la journée va être très longue !!!

13h30, heure locale : Survol de Long Island, la vue et magnifique, et atterrissage à l’aéroport de JFK, il est 18h30 en France.

On m’avait alerté que les formalités douanières étaient relativement longues, empreinte de tous les doigts, photo et interrogatoire, mais là tout se passe assez rapidement, les habitués ont été surpris. La taille de notre avion (Boeing 757 200) est un avantage 119 personnes au lieu de 300 avec un avion long courrier.

Le voyage n’est pas terminé et il faut encore rejoindre l’hôtel, il nous faudra une bonne heure avec les bouchons et les travaux pour se retrouver en plein cœur de Manhattan. L’hôtel se trouve à 100m de Times Square et à 1000 m de central park.

Très vite après avoir posé nos affaires dans notre chambre on repart en direction de la gare centrale de New York et la tour Top of the Rock.

Nous avons la chance d’être accompagné par un super guide Patrick qui connaît très bien New York.

Les jours précédant le marathon on entend souvent dire, il ne faut pas marcher l’idéal est d’arriver 48 heures avant (vendredi) si on veut faire une performance et apprivoiser le jet lag.

Sur le marathon de New York, l’objectif est double : courir pour faire une performance et découvrir une ville qui fait rêver depuis son enfance, les 2 n’étant pas forcément compatibles…

Nous avons privilégié la 2ème option 😉 Tant pis pour la perf !

Le jour J, on se lève de bonne heure !

Dimanche 5 novembre, 4h30, petit déjeuner à base de Muffin, cappuccino et jus d’orange. Départ à 5h30 en bus direction Staten Island.

Après environ 45 minutes, on arrive sur site, le nombre de bus est impressionnant, plus de 50 00 coureurs se dirigent vers les 3 villages (vert départ dans le pont, orange et bleu sur le pont).

Il fait un peu frais, le temps est couvert.

Une organisation impressionnante !

Le nombre de WC est hallucinant. C’est rassurant pour certains, car le stress monte !!

Organisation impressionnante, on est trié suivant la couleur de notre dossard, par zone. Les départs se feront par 3 vagues de 20 000 coureurs, toutes les 30 minutes. Nous partons à 10h40 !

Grâce à Christophe j’évite la vague verte (la seule couleur qui part dans le pont !!!), j’aurai la chance d’emprunter le pont supérieur du Verrazano Bridge !

10H30, on prend position sur le pont, 10h40, après l’hymne national à cappella, le départ est donné sous un coup de canon !!!

C’est parti pour 26.219 miles miles de folie, après le pont une petite pause pipi au premier ravito dans Brooklyn.

Une ambiance de folie !

L’ambiance est incroyable, la foule est partout, on est porté par les encouragements, c’est dingue !

Les avenues sont très larges, le marathon est assez fluide mais on est vite déconcentré par l’ambiance. C’est de la folie !!! Je n’ai jamais vu ça sur une course ! Les gens sont là pour encourager tout le monde.

Little Odessa, le quartier juif et les ponts sont les parties ou on retrouve une ambiance plus classique.

Les ravitos sont bien présents tous les miles en eau et Gatorade (pas de solide excepté le 30Km et 35Km).

20Km, je retrouve Aziza, Pascale et Thierry, les groupes de musiques sont de plus en plus nombreux jusqu’au semi on passe les fameux quartiers des différentes communautés, beaucoup d’entre eux donnent des bouteilles d’eau, des bananes, des barres, des mouchoirs.

Au 15ème mile, on passe le Queensboro Bridge, nous offrant un magnifique panorama sur Manhattan malgré le temps couvert !

La montée est TRES forte, plus de spectateurs, nous sommes entre nous, on entend le train qui passe au-dessus et les hélicos jamais trop loin.

En redescendant du pont, on arrive sur cette impressionnante ligne droite qu’est la First Avenue, environ 3,5 miles de longueur (6,5 km). Wow c’est long heureusement dès qu’on a besoin de prendre de l’énergie les spectateurs ne sont pas très loin.

Le harlem River, je rentre dans le Bronx, une petite boucle puis retour sur Manhattan.

La 5eme avenue c’est le début des galères, le faux plat est vraiment dur à ce moment-là, j’ai hâte de rentrer dans Central park, il y a beaucoup de monde qui marche, heureusement le public est toujours là et crie aller la France en voyant mon t shirt, je croise Edith sur le coté qui m’encourage, ca fait plaisir !

Rentrée dans Central Park vers le 37eme km, je me dis que ça sent l’arrivée, le changement d’environnement est marquant, plus d’immeuble en premier plan, mais plein d’arbres et le public toujours hurlant non-stop, par contre le parcours est très vallonné, ça pique !

On sort au sud du parc pour le longer et aller vers Columbus Circle qui se situe à l’intersection de Broadway, je suis en terrain conquis !! pour l’avoir visité lors de la parade des nations c’est noir de monde, les gens hurlent, encouragent de toutes leurs forces, ça fait des frissons dans le dos et l’émotion commence à arriver.

Je n’ai pas envie que ça se termine !

Dernier virage, les 800m, sont incroyables, je n’ai pas envie que ça se termine ! Des gradins de part et d’autre de la route.

Le passage de la ligne est une sensation de fierté, et bonheur bien sûr, la médaille est bien lourde autour du cou !

Temps final 4:31, je ne mettais pas fixé de temps, je voulais en profiter un maximum et filmer !

Le seul moment difficile est la fin du marathon, il faut marcher longtemps pour récupérer la couverture de survie, un ravito et un poncho bleu (doublé d’une polaire aux couleurs du marathon).

Le lendemain, on montre sa médaille !

C’est la tradition à New York tout le monde se promène avec la médaille autour du cou et les félicitations fusent de partout dans la rue… Good Job ! Congratulation !

Je vous souhaite de vivre le marathon de New York une fois dans votre vie pour son ambiance unique !

Cédric pour jogging-Plus

Vous aussi partagez votre expérience!
Ajoutez un commentaire ou un compte-rendu de cette épreuve pour en faire profiter aux autres coureurs!
Tout savoir sur cette course
Lire la fiche Marathon de New York et ajoutez la à vos épreuves favorites!

Partager

Laisser un commentaire