[Récit] Mon premier vrai trail! Un parcours très agréable mais exigeant !

337

Trail de la Belle EtoileUne prépa marathon c’est sympa mais un tantinet monotone lorsqu’il s’agit de faire de la sortie longue le week-end.

Et donc, pour rompre un peu avec la monotonie de mon plan d’entraînement (et un peu, ou surtout pour me faire plaisir), je me suis décidé à remplacer la séance longue du week-end par un trail près de chez moi, Le Trail de la Belle Etoile, à Saint-Senoux (Ille et Vilaine).

23 km / 500mD+ : une bonne petite sortie longue

Je ne connaissais pas ce trail, pour cause, je n’en cours pas d’habitude, mais je me suis toujours dit que ce serait la prochaine étape après avoir couru le 10 km, le semi et le marathon.

C’est mon collègue qui court régulièrement des trails qui m’en avait parlé la semaine précédente et qui devait aussi le tester pour la première fois : « 23km avec 500mD+, ça a l’air très sympa comme parcours même si le dénivelé n’est quand même pas anodin… Attention pour un premier trail tout de même ! ».

Qu’à cela ne tienne, poussé par la curiosité, et la douce perspective d’un événement sportif pour le week-end à venir, je décidai de m’inscrire.

Je pensais vraiment (naïveté du novice) que ce trail ferait office de bonne séance d’entraînement pour une sortie longue. Eh bien oui pour le « long », la durée de la sortie était en effet conforme à mon plan d’entraînement mais alors sur le rythme, la fréquence cardiaque, les efforts fournis c’était je pense assez hors cadre du plan d’entraînement ou du moins assez/très loin de la séance longue en endurance fondamentale avec quelques portions à allure spécifique marathon.

Trail de la Belle Etoile, la course

Départ de Saint-Senoux (35 km environ au sud de Rennes) depuis le stade de foot. Le temps est idéal voire sans doute un peu chaud pour un trail de 23 km… On ne se marche pas dessus avant le départ. Apparemment un peu plus de 200 participants pour la version de 23 km (il y a une autre course plus courte qui part un peu plus tard, avec une jonction des coureurs sur la dernière boucle), bref un nombre de coureurs très raisonnable, ce qui fait aussi le charme de ce type de courses.

13h30 : le départ est donné sous un beau soleil, conformément à l’heure prévue. Sur les 4 premiers kilomètres, l’allure est assez rapide, la faute à un parcours plutôt descendant hormis une petite bosse après le 1er km.

On descend en effet depuis le stade un peu dans les hauteurs vers les bords de la Vilaine. Arrivés sur les bords de la Vilaine, on longe cette dernière sur le chemin de halage et là après le 4ème km, les choses sérieuses commencent ou du moins une belle première montée qui a le mérite de réveiller le cardio.

Je l’ai courue en continu mais vu l’effort fourni et sachant qu’il en restait encore quelques-unes, je ne m’interdis pas d’imiter certains coureurs en marchant pour les prochaines.

D’ailleurs, le petit coup de mou dans le km qui suivit cette première montée assez raide me résolut à envisager de marcher, pourvu que la pente se faisait ou trop dure ou trop longue. Ce que je fis quasiment à chaque autre difficulté de la sorte, au même titre que les coureurs qui partageaient à peu près mon allure. J’imagine bien que la physionomie de la course pour les aguerris du trail devait être un peu différente… Ils doivent quand même marcher dans certaines côtes, non ?

Après cette première difficulté qui valut à mon collègue de me dépasser dans le km suivant, jamais je ne reviendrai d’ailleurs à sa hauteur, je compris que la course ne serait vraiment pas du même acabit que la sortie longue habituelle du dimanche mais peu importe, le plaisir est bien là.

Les chaussures de trail achetées récemment tiennent bien la route (ou plutôt le chemin). Je les avais testées au préalable, pas fou non plus… Pas mécontent de l’investissement tant certains sentiers sont assez accidentés, ou boueux, ou glissants dans les descentes. Pas certain de pouvoir faire le même trail avec des chaussures de running classiques. Pas de plaisir si la sécurité n’est pas a minima assurée.

Un parcours très varié laissant peu de répit

Pour la suite de la course, je serai moins prolixe car d’une part la fatigue faisant, j’ai un peu moins prêté attention au parcours (mais non pas que cela en vaille moins la peine, au contraire même) et ne suis d’autre part pas un maître dans la description « naturaliste » des parcours que j’emprunte lors de mes courses.

Ce que je retiens toutefois, c’est que le parcours est assez varié, tantôt sec, tantôt gras alternant entre chemins en bordure de champs, chemins en sous-bois, chemin de halage et très peu de routes bitumées, forcément.

Et au-delà de sa variété, j’ai noté que la parcours ne laissait finalement guère de répit pour vraiment récupérer et dérouler (pas à mon niveau d’expérience en tout cas et sans pour autant m’être mis dans le rouge).

Un rapide coup d’œil au profil du parcours suffira sans doute à illustrer cette partie de mon propos.

Bref, un trail très sympa mais exigeant

En synthèse, un trail très agréable, mais assez exigeant sur lequel j’ai pris beaucoup de plaisir. 22 km à la montre contre les 23 km annoncés, mais je ne m’en plains pas. En revanche le dénivelé mesuré à la montre semble conforme à l’affichage (peut-être même le dénivelé est-il plutôt aux alentours de 600m… 580 m à la montre et 654 sur Strava) et mon état de fatigue globale en fin de course le confirme.

Le parcours est enfin bien balisé et les ravitaillements disposés à bon escient et en quantité suffisante (7ème, 14ème et un ajout de dernière minute au 20ème du fait de la météo, sauf erreur).

Comme pour bon nombre de courses à taille humaine que j’ai pu faire sur des distances plus classiques (semi-marathons dans des communes autour de Rennes : Liffré, Saint-Gilles), l’ambiance est très bienveillante, quasi familiale et les bénévoles sont au top !

Un chrono a priori correct pour un premier trail de ce type et dans la fin de première moitié des coureurs

A refaire donc mais pour une prépa marathon, sans doute vais-je reprendre mes sorties longues plus classiques. Heureusement, j’ai été raisonnable et ne me suis pas trop laissé griser par l’ambiance de la course pour me préserver pour le marathon de Paris, où il devrait y avoir un peu plus de monde 😉

Lien Strava vers ma course : cliquez ici

PEC

Vous souhaitez aussi partager votre expérience?
Publiez votre récit de course sur Jogging-Plus!
Tout savoir sur cette course
Lire la fiche Trail de la Belle Etoile et ajoutez la à vos épreuves favorites!

Partager

Laisser un commentaire