Résultats du semi marathon 2010 (Très cher semi de Paris) !

629

Ce dimanche 7 mars 2010, s’est courue la 18ème édition du semi marathon de Paris 2010.Malgré le froid (3-4°C sur la ligne de départ avec de belles rafales de vent glacial), 22 650 coureurs (sur 27 000 inscrits) ont participé à cette épreuve.

21.1 km plus loin, on comptait 22 030 arrivants (moins de 3% d’abandons) dont une bonne partie allait devoir patienter dans le froid un long moment en raison d’une organisation dépassée au niveau de la gestion de l’arrivée, lors de la récupération de la puce et de la remise des médailles (lire plus bas).

Chez les professionnels, le Kenyan Wilson KIPROP s’est imposé au sprint en 1h01′26” et chez les femmes, Atsede BAYSA (Ethiopie) a remporté l’épreuve en 1h11′05”. Voici le détail des résultats.

Résultats et classement du semi-marathon de Paris 2010

Podium hommes Podium femmes
1 KIPROP, Wilson (KENYA) : 1h01’26 » BAYSA, Atsede (ETHIOPIA) : 1h11’05 »
2 DESISA, Lelisa (ETHIOPIA) : 1h01’28 » BEYENE TSEGAYE, Tirfi (ETHIOPIA) : 1h11’13 »
3 SAHLE WARGA, Bettona (ETHIOPIA) : 1h01’32 » BERISO, Halima (ETHIOPIA) : 1h11’34 »
Tous les résultats

Tous les résultats du semi-marathon de Paris 2010

Tout savoir sur cette course

Lire la fiche descriptive du semi-marathon de Paris

Très cher semi-marathon de Paris !

Vue l’ambiance qui y règne et le nombre de participants c’est toujours un plaisir de courir le semi-marathon de Paris.

Mais quand on met en regard le confort et les prestations fournies aux coureurs et le prix d’inscription (30 à 40€ selon la date d’inscription), cela donne au final une course assez chère, malgré le nombre impressionnant de sponsors présents (à la limite de l’agression visuelle).

Petite liste de griefs (qui ne m’ont tout de même pas empêcher de passer un agréable moment):

  • La feuille permettant de récupérer son dossard est à imprimer soi-même alors qu’elle était auparavant envoyée par courrier. Qu’on ne nous serve pas l’argument écologique : le papier recyclé ça existe, et quand on voit les tonnes de supports publicitaires (échantillons de produits inutiles, pubs diverses, etc.) distribuées aux coureurs ou placardées dans les rues…
  • Idem pour le diplôme même si celui-ci n’est pas nécessaire (mais toujours apprécié de ceux qui veulent garder un souvenir de leur performance – pour ceux on espère qu’ils ont une bonne imprimante couleur)
  • L’horrible T-shirt en coton orange que chaque coureur obtient en récompense de sa participation… Pour 30€ d’inscription, ça reste en travers de la gorge ! Même des « petites courses » comme les foulées charentonnaises par exemple fournissent un t-shirt technique ! Vous voulez un t-shirt technique du semi de Paris ? Achetez-le à la boutique officielle, voyons !
  • Les ravitaillements situés d’un seul côté de la route, ce n’est pas très pratique quand on est 40 de front…
  • Le matraquage publicitaire qui donne vraiment l’impression de prendre les coureurs pour des porte monnaies perchés sur running. J’en veux pour exemple, les panneaux « Déshydratation », « Besoin d’énergie » et j’en passe, annonçant 100 m avant et tous les 5 mètres le pseudo ravitaillement ou plutôt l’animation commerciale d’une boisson « énergisante » au KM 18. Autre exemple : le SMS reçu la veille au soir de la part d’un des principaux sponsors pour nous indiquer la météo… Merci à eux, c’est tellement difficile aujourd’hui de trouver des infos météo par soi-même… Tous les prétextes sont bons ! Il aurait été plus utile de nous envoyer un sms après course avec nos résultats…
  • Le parcours, qui finalement ne passe par aucun des monuments de Paris si ce n’est la place de la Bastille (Pas de place de la Concorde, pas de Tour Eiffel, même de loin…)
  • Le nombre impressionnant de participants, qui contribue certes à donner une formidable ambiance, mais génère également un certain piétinement dans les 3 premiers kilomètres qui ruine tout espoir de faire un chrono.
  • La mauvaise gestion de l’arrivée (uniquement sur cette édition 2010, suite au changement de parcours) : le SAS d’arrivée étant trop étroit un énorme bouchon s’est créé à la collecte des puces, allant même jusqu’à rogner de plusieurs mètres sur la ligne d’arrivée et la fin de course. Certains coureurs se sont alors vus orientés en dehors de la zone d’arrivée, obligés de contourner les grilles de sécurité mises en place sur toute la zone (300 mètres environ) et obligés de braver à contresens la majorité du peloton bloquée dans le bouchon, pour rendre leur puce, récupérer leur médaille et se restaurer… Bref, pour les malheureux pris dans ce bourbier, un message d’excuse (à imprimer vous même) vous attend sur le site officiel du semi de Paris.

Alors après 3 participations, je ne sais pas si je le referai l’année prochaine. Il est peut-être plus judicieux et plus sympa de courir des semi-marathons moins prestigieux qui donnent moins l’impression d’être pris pour un pigeon consommateur de base. Mais c’est sûr que le lundi matin au boulot à la machine à café, ça le fait moins de dire que t’as fait le semi de Trifouillis-les-oies que celui de Paris !

Partager

5 Commentaires

  1. Alors tu as tenu les 1h45 ?

    D’accord avec toi, d’ailleurs ASO n’est pas une association mais une société privée qui dit privée dit business, à méditer …

  2. J’ai couru ce semi pour la troisième fois également… sans doute la dernière. Je suis arrivé dans la masse, et le passage de la ligne ressemblait à un « petit Heysel ». Certaines concurrentes étouffaient presque, au milieu de la bousculade : balayée d’un coup, la sympathique ambiance qui régnait jusque là.
    Ajoutez à cela les 20 minutes à piétiner, au milieu des concurrents énervés et des bourrasques glaciales… on ne m’y reprendra plus !

  3. Pour moi aussi, 3ème et dernière participation au semi de Paris. Quelle mauvaise organisation ! Bousculade pour déposer son vestiaire en étant arrivé 1 heure à l’avance, 20 mn de piétinement pour passer la ligne de départ et le final, passage de la ligne d’arrivée en marchant, du jamais vu ! Quelle déception ! On ne m’y reprendra plus.

  4. Première participation au semi de Paris et surtout dernière.
    Une organisation nul, du début jusqu’à la fin qui fut lamentable, du jamais vu.
    L’article résume très bien mes sentiments sur ce prestigieux semi.

  5. Seconde participation au semi-marathon de Paris, mais très déçu par cette version 2010, à l’arrivée impossible de franchir la ligne, 20 mn de piétinement dans la foule, des cris de mécontentement, des bousculades, puis un énorme détour pour récupérer la médaille et redonner la puce, nous entrons par le sas de sortie, un vrai bazard, et bien sur impossible de se procurer boisson, et ration de récup. euh je voulais faire le marathon l’année prochaine, qui organise déjà, à ASO, ah ! et bien je crois que je vais m’abstenir.
    En matière d’organisation on peut trouver mieux, bon enfin j’ai pris 20 mn de « pénalités » mais mon partenaire d’entraînement lui qui a réalisé un excellent parcours n’est même pas classé, le motif invoqué : disfonctionnement de la puce, en conclusion ni temps, ni diplôme, cool !

Laisser un commentaire