Carto Jogging-Plus: Trouvez votre prochaine course

Interviews

JoggInterview de Julien JORRO : Quand trailer rime avec bonne humeur

Interview de Julien JORROCette semaine, pour inaugurer notre nouvelle rubrique de JoggInterview, Jogging-Plus a rencontré Julien JORRO du Team Garmin Adventure, multiple finisher de trails et d’ultras (palmarès complet dans son book). Avec sa bonne humeur habituelle, celui qui a terminé 5ème de l’endurance trail des templiers 2015 (100km, 4510 D+), a répondu à nos questions.

C’est qui Julien JORRO?

Jogging-Plus: Julien, d’où viens-tu, que fais-tu, qui es-tu? Peux -tu, en quelques mots, te présenter aux lecteurs de Jogging-Plus?
Julien :
Je suis Julien JORRO, je vis avec Floriane (Flopett pour les intimes) ma magnifique épouse et notre merveilleux petit bébé de 16 mois qui s’appelle Fleur. Nous habitons à Tarbes dans les Hautes-Pyrénées d’où je suis originaire. Je suis très attaché à ma région, voire carrément chauvin sur les bords (un gentil chauvin !). J’ai d’ailleurs un fort accent du sud-ouest. Et j’adore ça ! 🙂
J’ai 31 ans et dans « le civil » je suis chargé de mission dans un bureau d’étude « SOLIHA » (Urbanisme et habitat). Je leur fait un peu de pub. Nous bossons pour des collectivités (Communes, Communauté de Communes…). J’aime mon métier même s’il est parfois stressant et prenant (trop ?).
Je suis un amoureux des sports d’endurance et j’essaie de croquer la vie à pleine dents en gérant mes 4 activités à temps plein du mieux que je peux : mari, papa, salarié et sportif.

Jogging-Plus: Comment en es-tu venu au trail et pas à l’équitation, au curling ou bien encore au saut à la perche?
Julien : Le trail c’est une histoire récente !
Pour l’équitation c’était fichu… je n’aime pas les chevaux, j’en ai même peur je crois. Je ne leur fais pas confiance. Ils ne m’ont rien fait et j’aime les regarder… mais de loin !
Pour le curling, c’est un sport qui ne bouge pas assez à mon goût (même si je trouve un certain plaisir à regarder des compet’ pendant les JO. Ne voyez pas ça comme une critique mais je trouve ça à la fois amusant et improbable)
Et le saut à la perche… comment dire… qui est le gars qui, un jour s’est dit « Tiens je vais prendre une perche et sauter le plus haut possible avec ce bordel… » Mais prend une échelle enfin !

Je pense que les sports qui requièrent de la précision et de l’adresse ne sont pas du tout faits pour moi. Certains de mes amis se rappelleront comment je jouais au foot avant à la fac… courir après le ballon oui… mais après c’était un carnage (hein Matthias !) ! 🙂

julien-jorro-interview-0001Alors le trail ? C’est justement à la période de la fac que j’ai goûté à mes premiers km de trail. Avant ça, j’ai couru pendant 10 ans en cyclisme sur route et je me suis lassé de l’ambiance et des tourniquets à avaler tous les dimanches en allant faire des centaines de km pour faire ces courses dans des zones industrielles alors que j’habite à 30km du Col du Tourmalet.
Donc j’ai continué le vélo pour moi car j’adore ça et je me suis mis à la course à pieds en parallèle.
J’étais à Pau à la fac (aussi dans les Pyrénées) et avec mon pote Simon nous faisions beaucoup de course à pied et de randonnées (oui la fac laisse beaucoup de temps libre !! 🙂 )
Un jour nous avons regardé une video sur l’UTMB et j’ai eu le déclic ! J’ai découvert que l’on pouvait courir en montagne. J’ai essayé et j’ai pris très vite le virus !
J’ai commencé par des distances courtes et au fur et à mesure des km et des bons résultats j’ai été repéré et engagé par le TEAM LAFUMA en 2011. Une grande joie et une grande surprise !
Dès lors ce fut le début  de belles aventures durant 4 ans. L’équipe était top avec des pointures comme Antoine GUILLON (dernier vainqueur de la Diagonale des fous à la Réunion) et bien d’autres. J’ai beaucoup appris d’eux. Nous développions aussi les produits en direct avec le bureau d’étude. C’était génial de participer ainsi dans une marque.
Et l’an dernier LAFUMA a arrêté son activité Trail pour raisons économiques (je coûtais beaucoup trop cher avec mon salaire à faire pâlir un footballeur !)
J’ai postulé ailleurs en fin d’année 2014 et Sébastien CAMUS, le manager et coureur du Team GARMIN Adventure m’a ouvert la porte. C’est avec un grand plaisir que je suis rentré dans une nouvelle famille ! Une belle bande de barj… euh… de potes.
Je viens de passer une année fantastique en termes de résultats, aventures et rencontres. J’ai pu découvrir aussi de nouveaux produits, de nouvelles marques, de nouvelles tenues et technologies au travers de mes nouveaux sponsors : GARMIN, SKINS, CAMELBAK, JULBO, STC NUTRITION, FEREI et ADIDAS (et voilà j’ai fait de la pub sans que personne ne s’en rende compte ! je suis le ninja de la comm.). Vraiment que du top !

Et j’espère que 2016 sera aussi belle, voire mieux !

Jogging-Plus: Est-ce facile de conjuguer une vie sportive aussi intense que la tienne et une vie de famille?
Julien : Non Justement nous ne sommes pas professionnels dans ce sport. Il y a juste quelques énormes champions qui ont la chance de vivre de leur passion (Kilian JORNET par exemple…). Du coup, il faut travailler comme monsieur tout le monde à temps plein et s’entrainer chaque jour comme on peut avec notre organisation.

Julien JORROAinsi mes journées débutent à 5h du matin pour aller m’entrainer jusqu’à 7h15. C’est hyper chronométré. Ensuite c’est le petit déjeuner, la douche et j’embauche à 8h. Je n’habite pas loin de mon travail. A 17h30 je rentre et c’est le moment de s’occuper de la petite famille. Je m’endors vers 22h30 – 23h quand j’arrive à tenir pour profiter au maximum de mon épouse. Et voilà mes journées ! Mais c’est bien, c’est dynamique. Il n’y a pas de temps mort, j’aime ça ! Et puis, il faut ce qu’il faut. Pour être un minimum performant, il faut bien s’entrainer. Donc je m’y affaire comme je peux.
Le week end je me lève tôt aussi pour m’entrainer un maximum jusqu’à midi au plus tard. Ensuite je suis disponible pour la famille.

Mon épouse est en accord avec ce mode de vie et je l’en remercie, car finalement avec ce rythme de se lever tôt, je fais ma part de concessions, du coup c’est un bon équilibre sans trop empiéter sur la vie de famille compte tenu de cette activité sportive intensive.
Mais finalement je suis gâté. Par exemple je vois plein de levers de soleils en montagne. Je suis un privilégié finalement !

Julien JORRO et la course

Jogging-Plus: Quelles sont pour toi les principales qualités requises pour être un bon trailer?
Julien : Pour être un bon trailer il faut être un bon coureur à pied. C’est la base ! De toute façon on le voit sur les trails. Les vitesses augmentent avec l’arrivée de pas mal de bons routiers. Du coup, il faut savoir courir vite pour courir même des ultra trails. Les gros champions ont d’excellents temps sur 10km, semi ou même marathon, c’est mécanique et statistique! Un trailer n’est pas un randonneur ! C’est un coureur avant tout !
Il faut avoir aussi un gros mental. Si tu n’es pas prêt à souffrir, à connaitre des hauts et des TRES GROS bas, ce n’est pas la peine de se lancer à fond dans ce sport. On va tellement chercher loin en soi pour se dépasser, tenir une allure ou même finir une course. Je dirais que le trail est bien plus qu’un sport. C’est une aventure humaine avec soi-même et les autres !

Jogging-Plus: Quelle est la journée type d’entraînement d’un grand champion comme toi?
Julien : Grand champion je ne sais pas… je dirais que je me défends comme je peux ! Je suis un « bon joueur de championnat ». Pas un international du PSG !
Alors ma journée type je l’ai racontée pas très loin au-dessus.
Je vais parler de ma semaine type.
De manière générale sans rentrer dans les détails de préparation spécifique d’un objectif :
–    Lundi c’est  ma journée de repos sportive.
–    Mardi c’est VMA courte (fractionné court) sur piste,
–    Mercredi c’est vélo « cool » sur home trainer dans mon garage
–    Jeudi c’est VMA longue ou travail en côte suivant la période,
–    Vendredi vélo « cool » sur home trainer dans mon garage
–    Samedi sortie « intensive » en montagne
–    Dimanche sortie longue en montagne ou sortie longue en vélo.
En moyenne c’est 12 à 15h par semaine. Je pousse à 20h environ suivant les objectifs à préparer. Ce n’est pas la quantité qui compte mais la qualité ! (Comme me l’a si bien inculqué mon coach Alain AUBRION !)

Jogging-Plus: Quel est ton principal terrain de jeu? Qu’a t-il de particulier?
Julien : Mon terrain de jeu ce sont les Pyrénées ! J’habite à 20 minutes des premières pentes escarpées. J’adore y aller, c’est ma bouffée d’air frais après une semaine de travail stressante et d’entrainements en terrains plats ou vallonnés autour de Tarbes.

Julien JORROJ’adore, car en même temps que j’entraine, je m’évade et profite de magnifiques vues que nous offre « mère nature ». C’est vraiment le « PLUS » de ce sport. Il allie l’effort physique intense et la beauté et la diversité des paysages. C’est un cadeau pour les yeux. Bref je suis un amoureux de mes Pyrénées !
(D’ailleurs je fais des stages de trail pour faire découvrir aux traileurs de tous les niveaux, mes terrains d’entrainements et comment pratiquer au mieux le trail. Voilà c’est mon moment de pub !, plus d’infos sur vibrezmontagne.fr)
J’adore particulièrement le domaine du GRAND TOURMALET avec la montée au pic du Midi de Bigorre qui offre un beau spot d’entrainement. J’aime PAYOLLE au pied du Col d’Aspin, pour la beauté des paysages à la Canadienne. La vallée des Gaves autour d’Argelès-Gazost – Cauterets – Luz est magnifique aussi. Et j’en passe ! Du coup je change tous les week-end. Je n’ai que l’embarras du choix finalement !

Jogging-Plus: Quelle a été la plus belle course à laquelle tu as participé ? (pas forcément en lien avec la performance ou le classement) ? Julien : La plus belle course… j’en ai plusieurs en fait. J’aime les gros évènements. J’aime les courses dans des endroits splendides.
J’ai pu courir des manches de Coupe du Monde de Skyrunning aux Canaries à la TRANSVULCANIA et dans les Pyrénées Catalanes espagnoles pour l’ULTRA PIRINEU, ainsi que la CCC, le format 100km de l’UTMB (Tour du Mont Blanc). Ces énormes courses avec beaucoup de public, de l’ambiance, de gros moyens (télé, hélicoptères…)
Je vibre tout le long de ces épreuves, de par l’ampleur de l’évènement, les infrastructures mises en place autour de la course et le public… ce public à la manière du Tour de France dans les Cols.
Du grand délire ! J’adore ! J’ai encore pleins de frissons rien que d’y penser. Alors je ne vous raconte même pas lorsque vous passez la ligne dans les 5, 10 ou 20 premiers… pffffffffff des moments d’émotions tellement intenses après des heures à courir. Je crois que je fais du trail et m’entraine aussi dur pour ça : pour vibrer !

Jogging-Plus: Quelle a été ta plus belle victoire?
Julien : Je n’ai pas de grosses victoires de haut niveau à mon actif. J’ai gagné pas mal de courses oui mais pas dans le haut niveau.
Par contre, je me suis toujours bien placé sur les gros évènements. J’ai de beaux podiums, top 10 ou top 20 dans des courses nationales ou internationales. Et c’est déjà beaucoup pour moi.
Comme je l’ai dit, je ne considère pas faire partie des tous meilleurs français. Je me défends avec mes moyens physiques et je me fais plaisir. Et je tente au mieux de satisfaire mes sponsors alors c’est là l’essentiel!
Donc mes meilleurs souvenirs… là aussi j’en ai plusieurs ! Je ne suis pas là pour lister mon palmarès, je n’aime pas çà, mais voilà mes meilleurs souvenirs de courses :

  • Julien JORRO3ème place partagée main dans la main avec un espagnol sur l’Andorra Ultra MITIC cette année (112km et 9000m D+), Manche de Coupe d’Espagne de Skyrunning longue distance. Mon premier ultra trail, après avoir partagé 17h de course avec ce coureur, partageant aussi les hauts et les bas. Nous nous sommes encouragés l’un et l’autre pour partager ce podium !
  • 20ème place sur l’ultra PIRINEU cette année (Manche de Coupe du Monde de Skyrunning de 110km et 7000m D+), avec une arrivée devant des centaines de spectateurs en délire, après une course éreintante à courir pour rentrer dans le top 20 de cette manche internationale. Kilian JORNET a gagné cette course et m’a mis une belle raclée, comme à beaucoup d’autres d’ailleurs ! Mais c’était topissime !
  • 13ème place sur les TEMPLIERS en 2013 (75km et 3500m D+), une des courses françaises les plus prestigieuses et relevées, le jour de mon anniversaire. Un super cadeau tout le long de la course avec les spectateurs qui te souhaitent pendant plusieurs heures ton anniversaire ! J’ai adoré !
  • 8ème place partagée avec Aurélien COLLET du Team HOKA en 2013 sur la CCC (100km et 6000m D+ sur l’UTMB)… là aussi un super souvenir de partage et d’amitié ! Depuis nous sommes devenus potes ! Et quand tu arrives dans Chamonix devant des centaines de personnes c’est un grand moment de sport
  • Julien JORROEt surtout, ma 5e place sur le GRP (Grand Raid des Pyrénées 80km et 5000m D+) avec mon bébé FLEUR née tout juste 10 jours avant, avec qui j’ai passé la ligne, endormie dans mes bras. J’avais les larmes aux yeux ! Un super souvenir après des heures à courir.

J’aime quand la compétition rime avec émotion et partage !

(Désolé c’était un peu long mais je m’en fiche c’est mon interview aujourd’hui et na! 😉 )

Les conseils de Julien JORRO

Jogging-Plus: Tu as un régime alimentaire particulier il me semble? Brièvement tu peux nous en dire plus et nous expliquer ce que cela t’apporte pour la pratique de la course à pied? Julien : Je suis devenu végétarien en passant au bio il y a quelques années pour tous les avantages que cela apporte dans le sport que je pratique. L’alimentation standard est très acide et très inflammatoire (lait de vache, viande…). Je ne vais pas rentrer dans les détails et j’explique tout sur mon site JulienJorro.fr dans la rubrique « l’alimentation chez le sportif »

Dans nos sports, cela se transforme très vite en tendinites et autres petits pépins. Du coup, j’ai supprimé un maximum d’aliments néfastes pour ma santé et pour m’améliorer. On passe des heures à s’entrainer alors pourquoi ne pas optimiser aussi notre carburant !
Depuis je suis plein d’énergie, je me blesse très peu (hormis des entorses…), je récupère très vite d’épreuves très intenses. Bref je me sens beaucoup mieux ! En plus j’adore les petits plats mijotés par mon épouse. Être végétarien c’est économique, et très gustatif ! Nous le sommes en famille donc c’est plus simple. Et puis pourquoi ne pas éviter de tuer des petits êtres alors qu’on a tous les nutriments disponibles de manière végétale !
J’aime dire que je suis végétarien car les gens te disent systématiquement  (quasiment avec des yeux horrifiés): « mais tu n’es pas carencé ???»… et de leur répondre « Ben tu vois bien quel sport je pratique ». Après cela, ils ne peuvent plus douter de l’efficacité de ce mode de vie !

Jogging-Plus: Quels conseils tu donnerais à quelqu’un qui souhaiterait progresser en trail? Et à quelqu’un qui voudrait débuter? Sur quel travail est-il important d’insister? Julien : D’abord, et c’est ce que je rabâche dans mes stages, il faut débuter progressivement !
La mode dans le trail est de passer dans la même année d’un 0km ou 1 footing tous les dimanches à un 160km. Les gens font n’importe quoi !

Julien JORROTout le monde veut être « finisher » d’une course longue pour briller devant la machine à café le lundi matin. Sauf que le corps a besoin d’évoluer en course à pied. Il faut donc prendre le temps de faire des distances courtes et chaque année augmenter un peu plus.
On banalise beaucoup trop les distances et on a peu de recul sur les désagréments que peuvent causer des épreuves aussi longues. En plus, la plupart des coureurs (et surtout nouveaux coureurs) courent très mal en attaquant du talon. Du coup, c’est une catastrophe pour les articulations et le corps en général qui se blesse et qui est traumatisé. Il faut courir en attaquant avant pied ou medio pied car les amortisseurs naturels se trouvent là. En plus en courant de la sorte, la posture du coureur va se mettre légèrement vers l’avant et les chocs vont être parfaitement bien répartis dans le corps.

Nous sommes faits pour courir, mais encore faut-il bien le faire !

Pour ceux qui veulent progresser, comme je l’ai dit, il faut savoir courir vite pour progresser même en ultra. Donc il faut avaler des séances « spécifiques » de fractionné plus ou moins long. Comme cela tout le monde progresse à son niveau et prendra d’autant plus de plaisir par la suite dans les courses. Si vous n’avez pas le temps, il vaut mieux 2 belles séances spécifiques dans la semaine que seulement des sorties ultra longues et lentes. Il faut de tout mais le travail de la vitesse… c’est la base !

Jogging-Plus: En particulier, y-a-t-il une technique pour s’améliorer en descente ? C’est toujours là que je perds le plus de temps, je n’ose pas me « lâcher ». Julien : La descente c’est là où une course se gagne ou se perd. C’est une zone stratégique en trail. C’est là aussi où, si l’on ne sait pas descendre, on peut se faire mal. Il faut être détendu et gainé. Il faut être un peu fléchi sur ses cuisses et faire de petits pas pour piloter son corps. Attaquer avec l’avant du pied autant que faire ce peu. Et faire confiance à ses chaussures en regardant le plus loin devant car le cerveau enregistre le terrain. Cela se travail c’est comme tout !
Regardez comment descendent les skieurs ou Kilian… après ça, faites de même !

Le futur de Julien JORRO

Jogging-Plus: Avec des records à 1h11 sur semi et 2h36 sur marathon est ce que tu envisages de faire un peu plus de courses sur route? Julien : Non non la route ce n’est pas mon terrain de jeu favori. J’en fais pour travailler ma vitesse et ma foulée mais je n’y trouve que peu d’intérêt à vrai dire. Chacun son truc ! Moi j’aime courir dans les petits chemins (qui sentent la noisette comme le dit si bien la chanson !) J’ai besoin de m’aérer l’esprit et de ne pas être le nez sans arrêt sur mon chrono. En trail le chrono ne veut rien dire, c’est une aberration. C’est très « reposant ».

Jogging-Plus: Aujourd’hui on voit naître un grand nombre de courses d’ultra plus longues les unes que les autres. Que penses-tu de cette tendance et surtout est-ce que cela t’attire? Julien : Comme je l’ai dit plus haut, on banalise trop les distances en trail et c’est la course à celui qui aura la plus longue (je parle de courses biens sûr ! 😉 ).
Du coup, certains formats de courses « ultra » deviennent de la randonnée rapide et je ne me reconnais pas là-dedans. J’aime courir et je ne pense pas dépasser les ultras de 160km (ce qui est déjà énorme !). Au-delà ce n’est plus le même sport. Et pour exemple, je n’arrive sur format 160km qu’après 7 ans de pratique et pas la première année ! Mon maître mot : de la progressivité !!!!!!

Jogging-Plus: Quel est ton programme pour 2016?
Julien : J’ai un super programme ! Nous l’avons monté avec l’équipe et mon entraineur. Je pars sur 3 objectifs majeurs cette année.

  • AVRIL : L’Ultra trail Barcelona en Catalogne : 100km et 4500m D+
  • AOUT : La LEADVILLE100 aux USA dans les Rocheuses du Colorado : 160km et 4500m D+, une course mythique !
  • OCTOBRE : La GARMIN Mourne SKYLINE en Irlande, une manche de skyrunning courte distance 35km et 3000m D+

Et pour préparer au mieux ces objectifs je vais faire les courses suivantes réparties de manière stratégiques tout le long de l’année :

  • Février : Gruissan Phoebus Trail 50k – 1500m D+
  • Mars : L’Ergysport Trail du Ventoux 46k – 2100m D+
  • Juin : Le Chrono du Pibeste (Kilomètre Vertical) 4k – 1000m D+
  • Juin : Le TrailCarlac, marathon de montagne en Espagne 42k – 2500m D+
  • Juillet : La course des refuges chez moi dans les Pyrénées  (enfin !) 53k  – 3500m D+
  • Septembre : La Skyrhune au Pays Basque, une manche courte de skyrunning 21k – 1700 m D+
Les secrets de Julien JORRO

Jogging-Plus: Est-ce que tu pourrais nous révéler un des petits secrets qui font de toi le champion que tu es? Julien: Ah oui bien sûr ! Alors vous mettez dans une grande marmite beaucoup d’amour de FLOPETT , une grande louche de bave de bisou de bébé FLEUR, vous saupoudrez de pas mal d’heures d’entrainement, vous laissez mijoter et voilà le résultat !
Je suis là où j’en suis grâce à ma famille, mon équilibre de vie et le soutien de mes amours !
La tête c’est 60% voire plus de la performance. Donc quand tu es bien dans ta tête, le corps avance tout seul !

Photos

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci encore à toi, Julien, pour ta gentillesse, tes conseils et surtout ta bonne humeur.

Bertrand et Fabien pour Jogging-Plus.com

Tags

Un commentaire

  1. La manière dont il vie sa passion me fait rêver. Toutes mes félicitations Julien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Vous utilisez un logiciel ou une extension bloqueur de publicités.
Son utilisation peut provoquer des dysfonctionnements de notre site.
Nous vous invitons à le désactiver pour le site jogging-plus.com